The Soft Pack, The Parisians @ Nouveau Casino – 04/03/2010

4 mois après leur passage en première partie des Black Lips au Festival des Inrocks, The Soft Pack était de retour à Paris, leur album éponyme fraîchement sorti chez Heavenly. Les californiens ne disposant pas de la notoriété de leurs homologues new-yorkais The Drums, plus consensuels, les parisiens The Parisians (no kiddin’) sont venus les aider à remplir un Nouveau Casino qui s’est montré enthousiaste et réceptif aux rafales garage-punk de ces gamins au look de gendre idéal.

Si Texas ne s’est pas formé à Austin et si Jack London est en fait né à San Francisco, les Parisians ne laissent aucun doute planer : ils sont bien parisiens. Vox et blousons de cuir sur scène, mais l’accent français est à trancher au couteau, comme la grande gueule qu’ils affichent : groupe à références par excellence, on sent derrière leur désinvolture affichée un jeu de scène répété, des poses travaillées. Présents sur le circuit depuis 6 ans maintenant et forts de tournées qui les ont emmené jouer à Londres ou Berlin, le groupe ne paraît pourtant pas franchement à l’aise sur scène, même lors d’un final destroy pendant lequel le matériel du leader, Stevan, en prend pour son grade.

Sujet au syndrôme du groupe français qui chante en anglais, les simagrées du chanteur transmettent parfois le sentiment qu’il n’assume pas toujours son culte affiché aux Kinks ou aux Who, alors que la digestion s’est bien faite et que les compositions du groupe, si elles évitent le risque et ne s’éloignent pas des sentiers battus, témoignent d’un réel sens de la mélodie et d’un talent à composer des mélodies catchy (Time for Nothing More, Why Choose One Side ? ou le très bon Dark Story/Tough City). A une semaine de la sortie de leur premier album, ils peuvent pourtant se rassurer : peu de groupes français peuvent prétendre à une si bonne ré-interprétation des scènes anglaises des 60’s. Reste à trouver ce qui fera leur identité et les fera sortir du lot.

Setlist :

I’ve got to go

Looking good

Kiss your smile

Dark story/Tough City

Time for nothing more

Next round is on me

Why choose one side ?

Stop the mouvement

« Shaking the ashes of our ennemies », sortie prévue le 15 mars 2010 sur Bonus Tracks Records

http://www.myspace.com/parisians

Le contraste avec le concert de Broken Bells lundi 1er et chroniqué ici est flagrant : économie de matériel et de moyens pour The Soft Pack, qui viennent eux même installer leurs amplis et le peu d’effets qui habillent leur rock punchy. Court et intense, c’est ce qui caractérisera le mieux ce concert de 55 minutes pendant lequel le groupe va enchaîner ses titres de 3 minutes, aussi bien tirés de leur album éponyme (départ sur les chapeaux de roues avec Down on Loving, final fracassant sur C’mon) que sortis sur leur premier EP de 2009 sous le nom The Muslims : des « vieilles chansons » explique Matt Lamkin, comme Right & Wrong ou le titre grâce auquel le groupe a percé, crevant de rage adolescente et désinvolture, expédié sans autre forme de procès, Extinction.

Fidèles à ce qu’ils avaient affirmé en interview (ici), les 4 garçons échangent blagues et impressions sur le concert, visiblement contents d’être de retour à Paris. Suivant les conseils du guitariste Matty McLoughlin, Lamkin s’applique à « sourire plus » alors que la fatigue se lit sur son visage. La balade Mexico (si tant est qu’on peut parler de balade tant le groupe peine à ralentir le tempo !) est l’occasion de présenter le batteur Brian Hill et son originale façon de taper sur sa sommaire batterie, debout alors que Matty dévoile une palette de jeu plus étendue qu’on ne pouvait le croire, en maîtrisant bottleneck et dissonances.  L’efficace single Answer to Yourself montre que le groupe sait aussi verser dans une pop plus accessible et est un efficace point d’entrée pour les aborder. Malheureusement, le groupe doit quitter la scène avant 22h pour laisser la place à la traditionnelle soirée du jeudi soir du Nouveau Casino, mais on aurait aimé les lancer sur une série de rappels, leur catalogue regorgeant de tubes non joués, comme Flammable ou Call It a Day. Les 4 garçons s’excusent et quittent la scène sous les encouragements du public, qui ne s’est pas trompé ce soir en se déplaçant pour The Soft Pack.

Setlist :

Down on Loving

Brightside

More or Less

Right & Wrong

Extinction

Beside Myself

Parasite

Pull Out

Tides of Time

Mexico

Answer to Yourself

C’mon

« The Soft Pack » sortir le 15 janvier 2010 sur Heavenly

http://www.myspace.com/thesoftpack

Crédits Photo : Jean-Philippe Régnier

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s