Blood Red Shoes, King Of Conspiracy @ Nouveau Casino – 15/04/2010

Plus on est de fous, plus on rit. Les Blood Red Shoes ne sont que deux et ne décochent pas un sourire. Venu présenter son nouvel album, « Fire Like This », à un Nouveau Casino comble, le duo de Brighton n’a pas dérogé à sa réputation et a joué fort et lourd. Avec Led Zeppelin et Josh Homme comme références, Steven Ansell et Laura-Mary Carter chantent uniquement parce qu’il faut habiller la musique et renient toute la tradition de story-telling à l’anglaise, de Morissey à Alex Turner : pour eux, c’est le riff qui compte avant tout, de préférence tronçonneuse plutôt que scalpel de chirurgien. Mention spéciale à King Of Conspiracy, power-trio parisien, qui avec son post-punk transpirant Sonic Youth et les Pixies par toutes les pores a placé la barre très haut, un peu trop haut même, pour Blood Red Shoes.

King Of Conspiracy

Au cas où nous ne serions pas assez malins pour le remarquer tout seuls, les groupes qui jouaient ce soir nous informaient de leurs influences en arborant les tshirts de leurs groupes favoris : Led Zeppelin pour Laura-Mary Carter, et donc évidemment Radiohead et Sonic Youth pour les King Of Conspiracy. Soyons clairs, pas le Radiohead illuminé et pur de In Raibows, non, le Radiohead rugueux et immature de Pablo Honey, sadique, qui prend plaisir à torturer le son et chante la mort de la pop. Que la chanson dure deux intenses minutes ou s’habille d’un interminable final noisy, King Of Conspiracy dissimule habilement la précision de sa musique dans une débauche d’énergie.

Car derrière la déferlante punk, le trio maîtrise sa musique avec une rigueur quasi-militaire. La batterie est littéralement bluffante, enchaînant syncopes, contre-temps et roulements et capte une fois n’est pas coutume toute l’attention, tandis que le bassiste nous rappelle que son instrument possède bien quatre cordes, toutes exploitables. King Of Conspiracy conclue sa magistrale intervention sur les longues minutes d’expression libre de B-Side et fait étalage de sa virtuosité :  plus question d’octave ou de quelconques intervalles, la moindre note voyage vers des aigus cinglants, est doublée en basse bourdonnante, elle se répète à l’infini en écho qui se noie dans les modulations du pedalboard. Un micro comme bottleneck improvisé, le chanteur répond par rafales saccadées à une section rythmique qui explore toute une palette de styles, du punk au funk. Le trio quitte la scène dans un bain de larsens alors que le public hébété se demande ce qui vient de lui arriver. King Of Conspiracy remercie Blood Red Shoes de les avoir invités à ouvrir leurs dates françaises : ce soir, ils leur ont un peu volé la vedette.

http://www.myspace.com/kingofconspiracy

Blood Red Shoes

Les concerts de Blood Red Shoes se suivent et se ressemblent… Les chansons sont différentes et le duo a gagné la maîtrise indispensable à sa formation, qui ne lui autorise aucune dissimulation, mais en substance, Laura-Mary Carter reste impassible derrière sa frange, aux commandes d’un stack Marshall poussé à bloc tandis que Steven Ansell assure l’interface avec le public, frappant mécaniquement sa batterie avec la puissance qu’on lui connait. La formule n’a pas évolué d’un iota, mais toute la force de Blood Red Shoes réside dans le talent des Anglais à occuper l’espace physique et sonore d’un 36 tonnes avec leurs 100 kg cumulés : magnétisés par le regard d’automate du batteur, on s’écrase la tête la première sur le mur du son de Carter.

La part belle est fait aux titres du nouvel album : Light It Up et When We Wake sont l’occasion pour les deux de confirmer leur évolution vers un son encore plus lourd, dont la caisse claire d’Ansell fera les frais. « Boîte à secrets« , comme le dit Ansell, n’est pas en reste pour autant : le concert s’ouvre sur « It’s Getting Boring By The Sea » et les classiques « I Wish I Was Someone Better » ou « Say Something, Say Anything » sont exécutés avec brio. Malheureusement, il manque d’un effet de surprise : on ne peut s’empêcher de passer une bonne soirée, mais on n’est plus surpris par Blood Red Shoes comme on l’était il y a quelques années.

L’inattendu laisse place à une certaine complicité pas désagréable, mais on va voir Blood Red Shoes comme on va voir régulièrement le groupe d’un ami : en connaissant les titres par coeur, en sachant à quoi s’attendre. Steven a gardé son habituelle pose, baguettes en l’air, Laura, elle, pour la première fois, remet en place ses cheveux et se montre à la fin du concert. Ce soir là, le duo fait même l’impasse sur leur récréation habituelle, une chanson aux accents surf-rock sur laquelle il échangeait les rôles et tombait le masque le temps de quelques joyeuses minutes. Le final se fait sur une batterie démontée dont Steven balade la caisse claire, Laura abandonne sa Telecaster fétiche, hurlant des larsens et les lumières tombent. Sur la route du retour, on sait déjà qu’on retournera voir Blood Red Shoes pour leur prochain passage : pas surpris, mais pas déçu.

Setlist :

It’s Getting Boring By The Sea

It’s Happening Again

I Wish I Was Someone Better

Light It Up

Doesn’t Matter Much

When We Wake

Keeping It Close

This Is Not For You

Don’t Ask

Say Something, Say Anything

Heartsink

—————————-

You Bring Me Down

Count Me Out

Colours Fade


http://www.myspace.com/bloodredshoes

Texte et photos : Jean-Philippe Régnier

Merci à Mathieu !

Publicités

5 réponses à “Blood Red Shoes, King Of Conspiracy @ Nouveau Casino – 15/04/2010

  1. J’approuve, j’approuve terriblement. Les KOC ont été incroyables (et même encore plus à Lille,c’est dire). Quant à BRS, on savait que l’on tenait là un sacré groupe dès 2007, mais la c’est la confirmation. Un grand groupe.

  2. Ahhh merci ! Un review de qualité et de quelqu’un qui a un minimum de connaissance musicale.

    Très bien écris et intérressant, j’approuve tout comme « Veeee » ton point de vue, KoC sort vraiment du lot de ces groupes qui s’écoute bien en CD, sont bons en live, mais sans plus à coté de la gifle que procure un concert du trio punk.

    J’aurais préféré être à Marseille ou Lille, car le public parisien étaient vraiment coincé le 16.

    Merci pour l’article

  3. Excellent report, que j’aurais aimé voir sur Soul Kitchen ! 🙂

  4. Je chavire, je vacille, c’est trop d’honneur… Merci pour vos commentaires !
    L’interview ce week-end !

  5. Un article avec pas mal d’infos ! merci !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s